Viens, on y va

Viens, on y va, on dira qu’on ne savait pas que la vie ce n’était pas ça, on ira là où l’on ne compte pas les heures et où la mer efface les pas, 

Là où le soleil hâle la peau et où on boit du lait de coco,

On ira là où seuls l’amour et la joie importent, là où les hommes passent avant l’argent et où on ne les laisse pas mourir de faim,

Là où la créativité n’a pas de limite, où chacun fait ce qu’il aime et ce qu’il a envie de faire du début à la fin, 

Viens, je t’emmène là où on passera le reste de nos jours à s’aimer et à aimer la vie. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *